Ces marionnettes nées de mes mains…

marionnettes à fils gironde
 
 
Ces personnages nés de mes propres mains , qui me rappellent des histoires lors de mes insomnies…
 
Depuis bien longtemps, l’art de la marionnette à fils m’intrigue, me questionne, m’interpelle…
 
Au départ lorsque j’ai entamé cet apprentissage, j’imaginai qu’on créait des personnages pour illustrer des histoires inventées.
 
Mais , ce soir, pour la première fois je les ai exposées toutes les trois chez moi, ensembles, sans les autres…et, une foie installées, cela m’a sauté aux yeux.
Si à ce jour je n’ai toujours pas d’histoire à illustrer c’est certainement par ce qu’en réalité, chacun de ces personnages reflètent une période de ma vie et illustre parfaitement le parcours et les émotions que j’ai pu traverser au moment de leurs fabrications. Et surtout nos histoires sont liées.
Ainsi, si vous avez lu jusque ici et que cela vous intéresses, laissez moi vous en présenter ses histoires :
 
– A gauche: Mon Anarkali, est une marionnette traditionnelle du Rajasthan. Elle illumine par ses couleurs et ses danses, elle est la descendante d’un art traditionnel à sauvegarder, un objet sacré, l’ainée de la troupe du haut de ses 10ans. Elle est le fruit d’un magnifique voyage aux racines de cet art et de mes débuts.
 
– Au milieu: « Paco » est un personnage en Bambou.Il porte le nom du mon quartier ,celui ou poussent les bambous qui on composés la majeure partie de son corps. il illustre ces moment de re-connexion avec la nature. Ceux du deuxième confinement. Celui ou on s’est bien rendu compte qu’on travaillait pour rien et que ça servait plus à rien de préparer des dates pour des spectacles de jonglerie qui serons de toutes façons annulées… Celui ou on a compris que ça prendrait du temps avant qu’on comprenne qu’on est essentiel…
Alors en attendant, autant en profiter pour ressortir des tiroirs les vieux projets qu’on avait pas trouver le temps de faire évoluer , la fabrication.
 
– La dernière à droite : Il ne porte pas de nom. Je ne sais pas si un jour il en portera un. Il à était fabriqué récemment lors d’un stage au pôle marionnettes d’Avignon. Il est le reflet de cette période si inquiétante pour l’avenir de nos professions, que nous traversons actuellement. Je lui trouve parfois même quelques airs de croquemort… C’est un artiste, une sorte de mini moi, en plus vieux, plus maigre et plus sombre qui continue à attendre qu’on le laisse jouer devant des vrais humains… Avec son air inquiet et son regard noir et songeur il reflètent mes inquiétudes face à cette nouvelle année noire annoncée….
 
La marionnette à fils est un art qui n’en a pas finit de me questionner et de faire travailler mon imagination… Car au final, après ce constat, je peut toujours et encore me poser les mêmes questions: …. Qui manupile qui?…. Qui raconte des histoires à qui?… et qui tire les ficelles au final?…
 



Découvrez…

Les spectacles de feu

En savoir plus

Le spectacles de marionnettes

En voir plus...

En savoir plus

Les lutins

Voir plus..

En savoir plus